Maison du Patrimoine-François FLOHIC

Vonick LAUBRETON, Henri PERTUS, Gilbert LOUAGE, Jacques BUROIS, Albert VIDAL, Robert MENDOZE, Marie-Marguerite PETETIN, Jean-Gérard MATTIO, Jean BOUDOT, Pierre ANFOSSO, Monique ANFOSSO, Michel DUFRESNE, Xavier ETIENNE, Jean BABOULENE, Henri ALAUZE et Jean ARENE.

Pour la petite ou grande histoire, le Groupe fut composé à l’origine, de Jacques BUROIS, Gilbert LOUAGE, Monique DUCREUX, Lucien LONG, Monique ROY (disparue prématurément) et de Pierre ANFOSSO ; Robert MENDOZE ne le rejoignant qu’en 1951, en lui apportant une toute autre dimension et une réelle âme.

A la fin de l’année 53 débutera une véritable aventure humaine. En effet, MENDOZE, BUROIS et LOUAGE décideront de vivre et de partager ensemble les aléas de la vie d’artiste, dans une bâtisse située sur la commune de Correns. Seul, ANFOSSO, plus que jamais membre du Groupe mais déjà marié à Monique DUCREUX, décidera de vivre et de travailler, à La Crau, dans l’exploitation familiale, tout en continuant à peindre.

Les trois mousquetaires qui étaient en fait quatre, lanceront un concept innovant de groupe informel mais structuré qui sera à l’origine de nombreuses expositions personnelles ou collectives, dans la région PACA, voire bien au delà. A cette époque, le GROUPE 50 est à son apogée et il s’élargira bientôt avec la participation de nouveaux membres comme Vonick LAUBRETON, Marie-Marguerite PETETIN, Xavier ETIENNE et bien d’autres dont les œuvres ornent, ce jour, les cimaises de notre Maison du Patrimoine. Nous sommes à la belle époque de la jeunesse, de l’insouciance et de l’amitié vraie qui perdurera au delà du temps et que, d’une certaine manière, nous pérennisons, ce soir, grâce à cette exposition intitulée « Le Groupe 50 … encore et pour toujours. »

Le GROUPE 50 retrouvera, un nouvel élan dans les années 65/66, et ce, d’une manière davantage formelle ne correspondant plus vraiment à l’état d’esprit des membres fondateurs. Dès lors, il s’évanouira et ses différents membres entameront pour la plupart une carrière individuelle.

 

François FLOHIC (1920-2018)

et ses amis Imagiers Provençaux

 
 

 

Né, en 1920, à Ploubazlanec (Côtes d’Armor), François FLOHIC s’engage, le 1er juillet 1940, dans les Forces Navales Françaises Libres. Durant la guerre, embarqué sur la corvette Roselys, il participe à l’escorte des convois de l’Atlantique jusqu’à Mourmansk, ainsi qu’au débarquement de Normandie.

Quinze ans après avoir salué, à Londres, le Général de Gaulle, il le retrouve, à l’Élysée, pour devenir son aide de camp, de 1959 à 1964.

Capitaine de frégate, il quitte cette fonction pour prendre le commandement de l’escorteur d’escadre La Bourdonnais, à Toulon, du 11 février 1964 au 11 février 1965. A l’issue de cet embarquement, il retrouve son poste d’aide de camp auprès du Général jusqu’en 1969, puis après le départ de celui-ci de l’Élysée. C’est à ce titre qu’il l’accompagne, le 10 mai 1969, dans son voyage à Baden-Baden où il rencontre le Général MASSU lors de la crise de mai 68.

Après l’échec du Référendum sur la réforme du Sénat et la régionalisation, il accompagne, le 10 mai 60, le Général de Gaulle dans son séjour, à Sneem, en Irlande. Le dit-séjour dure plus que prévu et se prolonge au Cashel House, à Cashel, le temps nécessaire au bon déroulement de l’élection présidentielle de Georges POMPIDOU.

Capitaine de vaisseau, il commande le porte-hélicoptères Jeanne d’Arc, école d’application des officiers élèves de l’École Navale, du 5 septembre 1969 au 2 septembre 1971.

Le Vice-Amiral François FLOHIC était, entre autres, Commandeur de l’Ordre de la Légion d’Honneur et Grand-Croix de l’Ordre National du Mérite.

Il est par ailleurs l’auteur de nombreux ouvrages historiques il s’adonna avec passion, durant de très longues années, aux arts graphiques à travers le dessin, la peinture à l’huile et la gravure. Il fut notamment l’élève de Georges PALMIERI qui lui prodigua des cours afin de perfectionner sa technique.

Homme de valeur, de convictions et de mémoire, François FLOHIC était depuis l’an 2000, membre actif des « Imagiers provençaux ». Au sein de cette académie d’érudits et au fil des expositions auxquelles il a pu participer, François Flohic a su développer des amitiés profondes avec bon nombre d’artistes comme MarieMarguerite PETETIN et Claude GEMY notamment.

Considérant qu’ « un véritable artiste ne copie pas la nature mais l’interprète », il proposait une peinture très personnelle, volontairement dépouillée, libérée de toute influence et marquée de coloris vifs.

Autoportraits, paysages d’ici et d’ailleurs mais également natures mortes sont ainsi immortalisés avec une griffe bien spécifique.

Cette exposition est un retour sur une vie : « François FLOHIC, 1920-2018 ». Elle témoigne d’une existence faite de voyages, de péripéties, d’expériences, de rencontres mais aussi de bonheur, de plénitude et de satisfaction du travail accompli.

C’est à travers un parcours riche d’enseignement, qu’une trentaine de toiles de différents formats sont ainsi offertes à votre regard et votre sagacité, permettant, de fait, de découvrir le talent, trop longtemps ignoré, d’un homme aux qualités multiples et à la simplicité exemplaire.

François Flohic était résidant Six-Fournais.